Inspirer et Vivre l'Ethique du Succès Autrement…
Random header image... Refresh for more!

Abdelhay Ben Abdellah : “La diversité est une chance”

Abdelhay Ben Abdellah a sillonné le monde de par ses expériences professionnelles. Expert dans le domaine de la télécommunication, il est actuellement HR Manager de trois départements au sein d’Orange Belgium. L’ABPM est allé la rencontre d’un homme qui s’est donné pour leitmotiv d’apprendre chaque jour et s’adapter à un monde qui bouge.

Abdelhay Ben Abdellah_2_HD

Vous êtes le nouveau HR Manager d’Orange (anciennement Mobistar), pouvez-vous nous faire part de votre parcours professionnel ?

Je suis né au Maroc en 1973. Je suis arrivé en Belgique quand j’avais deux ans. Je suis donc issu de la deuxième génération. J’ai effectué toute ma scolarité en Flandre. J’ai suivi un parcours en TIC avec une spécialisation qui m’a permis de devenir un expert en télécommunication.

Au niveau professionnel, j’ai travaillé dans plusieurs entreprises de télécommunications en Belgique et à l’étranger. Je suis fort de seize années d’expérience en tant que People & Change Manager. J’ai travaillé quasi deux ans au Proche-Orient pour une société qui gère l’industrie satellite. J’ai également effectué des projets dans plusieurs pays pour des terminaux conteneurs au niveau de la gestion des logiciels.

“L’interaction avec l’autre est quelque chose qui est dans mon ADN.”

Depuis 9 ans maintenant, je suis rentré chez Orange où j’étais responsable pour le Service Monitoring Center, tout ce qui a attrait à la supervision pour notre réseau IT.  Ensuite, j’ai été responsable du Service & Technology Management Center.  Depuis 6 mois, j’ai rejoint l’équipe des Ressources Humaines. Pourquoi ? Car l’interaction avec l’autre est quelque chose qui est dans mon ADN. Bien que j’ai un background qu’on pourrait identifier comme technique, j’ai une expérience profonde en People & Change Management.

Dans le même temps, j’étudie le droit à la VUB. Non pas que je veuille me réorienter, mais je voulais étoffer mon CV. Le droit est là où se créent les interactions entre les institutions, entreprises et personnes. Je voulais donc étudier cette matière pour mieux appréhender les mécanismes de la société.

Entre votre vie de famille, votre vie professionnelle et étudiante, vous trouvez un moment pour avoir du temps libre?  

Vous savez, avoir du temps est relatif. Il faut installer des priorités. Si vous m’aviez posé la question avant que j’entame mon cursus de droit qu’il est possible de concilier les trois, je vous aurais répondu non. Nous ne nous rendons pas  forcément compte de la capacité d’adaptation qu’a le corps humain lorsqu’on le met à rude épreuve. J’essaie de mener ma vie professionnelle, étudiante et de papa de trois enfants à bien.

Comment jugez-vous la diversité en entreprise en Belgique ?  

En Belgique, il subsiste un problème par rapport à la diversité dans les sociétés. On constate un gap important entre les Belges issus de la diversité et certains employeurs. Ces derniers ont plutôt l’idée que la diversité ne leur rapportera rien de par les barrières culturelles, linguistiques ou d’éducation.  Pour moi, ce ne sont pas des arguments qui tiennent la route.

Certaines études menées par le SERV (Sociaal Economische Raad Vlaanderen) montrent que les Belges issus de la diversité qui ont fait des études supérieures ont davantage de difficultés à trouver un emploi que les autochtones. Une thèse d’un étudiant d’Anvers montrait que 16,7 % des étudiants issus de la diversité ont dû attendre cinq ans avant de trouver un emploi dans leur domaine. Pour les autochtones, le chiffre descend à 1,20 %. Les chiffres ne mentent pas. Il pourrait s’agir d’une discrimination qui s’exerce de manière inconsciente. La diversité est une chance.

“ Dans un monde mouvant,  les sociétés ont du mal  à s’adapter ”

Certaines recherches comme celle menée par la société McKenzie Worldwide montre que les sociétés où il y a une diversité de par le genre a 15% de plus de réussite que ses homologues. Quant aux sociétés où il y a une diversité ethnique, elles ont 35 % de plus de chance de réussite que leurs concurrents.  On voit bien que la diversité en entreprise a un réel impact sur le plan économique et social.  Nous le constatons chez Orange, cela fonctionne très bien. Cette culture internationale insuffle une créativité au sein de notre entreprise. A l’heure de la quatrième révolution industrielle, dans un monde mouvant,  les sociétés ont du mal  à s’adapter.  Elles devraient faire un pas pour embrasser cette diversité.

D’un autre côté, certaines personnes issues de la diversité ont intériorisé le processus de discrimination qui les empêchent d’être ambitieux professionnellement. Surtout durant les études secondaires, c’est le temps le plus critique pour se créer une identité. Les enseignants et instances politiques doivent jouer un rôle capital à ce niveau. L’enseignement secondaire ne s’est pas adapté au monde que l’on connaît aujourd’hui. Si on prend l’enseignement d’il y a cent ans, nous ne verrons pas énormément de changements par rapport à celui d’aujourd’hui.

Le système de l’enseignement secondaire se concentre trop sur les faiblesses de l’élève au lieu de capitaliser sur ses forces. Dans les grandes sociétés, comme Orange, par exemple, nous essayons de développer les compétences de nos collaborateurs, de les coacher, assurer un suivi tout en les motivant. Cela passe par le fait que nous nous concentrons sur leurs forces et non sur leurs faiblesses. Personnellement, j’avais du mal à m’adapter durant mes études secondaires. Je constate que ce problème subsiste toujours.

Existe-t-il une politique en matière de diversité concernant Orange Belgium ?

Orange est une multinationale. Nous sommes implantés en Egypte, au Maroc, en Espagne, en Afrique subsaharienne et dans plusieurs autres pays. La diversité fait partie des valeurs d’Orange. Cela veut également dire qu’en terme de ressources humaines, d’interactions avec nos collaborateurs, nos clients, cette diversité doit exister. Il existe des programmes de diversité sur lesquels nous travaillons. Il y a une équipe de learning & development qui se concentre sur le développement, l’éducation et formations à destination de nos  équipes. Elle travaille également afin de détecter les compétences de nos collaborateurs afin de les renforcer.

Comment appréhendez-vous cette nouvelle casquette de HR  Manager au sein d’Orange Belgium?

Je suis le HR Manager pour le Network, IT & Finance departments. Depuis que je suis rentré dans ce département, j’ai découvert une équipe incroyable et pleine de professionnalisme dédiée pour le bien de nos équipes. Il y a une réelle volonté d’être l’intermédiaire entre les besoins de la société et les intérêts de nos employés. La relation avec mes collègues est de très bonne facture.

Si vous deviez décrire l’ABPM en un mot ou en une phrase ?

Ce que j’ai remarqué des personnes faisant partie de l’ABPM que je connais, elles se distinguent par leur professionnalisme incroyable. Ce que je retiens de leurs activités, les networking qu’ils organisent permettent de mettre en contact des professionnels et créer un réseau nécessaire pour sa carrière. Malheureusement, je n’ai pas encore eu l’occasion d’assister à l’un d’entre eux. Toutefois, tous les retours que j’ai eu de personnes qui y ont participé étaient très positifs. Je vous encourage donc à continuer tout en espérant que je pourrai être des vôtres lors d’une prochaine activité.

Un conseil pour réussir dans la vie ?

Il ne faut jamais perdre espoir quand nous nous voyons refuser des postes auxquels nous avons candidaté. La discrimination à l’embauche existe. Cette dernière, comme je l’ai dit, n’est pas toujours produite de manière consciente. Malgré la discrimination, je suis persuadé que si l’on se présente devant un employeur avec une détermination, une passion, une certaine confiance en soi, les jeunes peuvent trouver un emploi et s’insérer dans le monde socio-professionnel.

Au début, toute chose n’est pas facile. Le tout est de croire en soi, en ses capacités. Il faut avoir l’intime conviction que vous êtes fait pour le métier pour lequel vous postulez. Le fait que j’ai un nom à consonance étrangère, ça ne peut être qu’une richesse pour l’entreprise. Si on veut  arriver à quelque chose, il faut d’abord faire un travail sur soi pour arriver à son objectif.

Propos recueillis par Mouâd Salhi

0 commentaires

There are no comments yet...

Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment